L'atelier des lettres

Le blog d'échanges sur les lectures et vos écrits.

L’assommoir, d’Émile Zola

C’est l’histoire de Gervaise, une jolie jeune femme âgée de vingt-deux ans, blanchisseuse à Paris.
Elle rencontre puis épouse l’ouvrier zingueur Coupeau. À force de travailler, le couple atteint une certaine aisance et se permet ainsi de louer une petite boutique. Leur bonheur et leur prospérité sont concrétisés par la naissance de leur fille, Anna. Gervaise célèbre son succès en organisant une grande fête à laquelle elle convie tout le quartier.
Cependant, le bonheur est de courte durée. Coupeau, en voulant regarder son enfant du toit sur lequel il travaille, fait une chute et se casse la jambe. Pour lui éviter l’hôpital, Gervaise le soigne chez elle, et dépense les économies du ménage. Il prend son métier en aversion et, pour tromper l’ennui de sa convalescence, il se met à fréquenter “L’assommoir”, cabaret où trône l’alambic. Celui-ci ne reprend pas son travail, car il se dit effrayé de remonter sur les toits. Il  préfère dépenser au cabaret tout ce qu’il gagne, en buvant de plus en plus pour sombrer dans la brutalité et l’ivrognerie.
Lassée et dépassée de cette situation, Gervaise, qui attendait Coupeau à la maison, va le chercher à L’assommoir où ce dernier consomme avec ses amis ivrognes. Elle se laisse tenter par un verre du «vitriol» que secrète l’alambic. Celle-ci commence alors à se perdre dans une spirale négative où l’alcool devient son centre d’intérêt principal. Elle devient paraisseuse, et néglige son travail.
Le couple s’entraîne mutuellement vers la chute, sans se préoccuper de ce que son voisinage pense de sa déchéance. Il se voit dans l’obligation de céder sa boutique et d’emménager dans un appartement insalubre. Coupeau, perdant progressivement la raison, est enfermé à Sainte-Anne dans une cellule. Devant Gervaise, celui-ci est pris d’une terrible crise et meurt dans d’atroces souffrances. Réduite à la mendicité, Gervaise succède au père Bru, qui vivait dans une niche sous l’escalier. Elle connaît la déchéance finale en se prostituant dans la rue, où elle est trouvée morte de faim et de misère.

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire